It is currently Sep 20, 2017 1:37 am


Atelier d'écriture

Le forum du projet icarus pour les francophones de tous les pays (ou d'ailleurs). Pour se retrouver, organiser des groupes locaux, créer ensemble, refaire le monde ou partager des infos autour de la santé mentale.

Moderators: pticarus, shimmy

Atelier d'écriture

Postby shimmy » Apr 27, 2015 9:15 pm

Je propose que ce.lles.ux qui veulent puissent participer avec moi à un atelier virtuel d'écriture autour de la santé mentale.

N'importe qui peut participer, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise façon d'écrire, l'important c'est de s'exprimer comme on le souhaite. Les sujets peuvent être ce qu'on veut, des idées, des histoires, du vécu, ou n'importe quoi (et surtout n'importe quoi !) d'autre... il suffit que ça soit en rapport avec le thème.

Si on arrive à être un petit nombre (environ 6-12) et à avoir une cinquantaine de pages, on pourrait publier un fanzine qui pourrait être distribué dans nos réseaux, comme ça on ne s'expose pas trop et on peut être assez libre de ce qu'on dit. Mais on peut aussi le publier sur le web, et pareillement c'est possible de ne pas être trop visibles si on ne veut pas. Il faudra décider si ça arrive.

Si ça intéresse quelqu'un, qu'il l'écrive ici ou qu'il m'envoie un petit mail, j'en serai heureux.

Ne soyez pas préssé.e.s, ça risque de mettre du temps à se faire.

Merci à tou.te.s,

Shimmy
shimmy
 
Posts: 32
Joined: Apr 08, 2015 6:51 pm

Re: Atelier d'écriture

Postby shimmy » Apr 27, 2015 9:17 pm

Un exemple pour prouver que c'est possible...
Notez que personne n'est obligé de publier sur le forum, je le fais parce que ce n'est pas trop personnel :)

28/04/2015 - Sortir du silence

La folie semble spectaculaire, mais elle passe souvent inaperçue.

Dans notre illusion de "normalité", nous faisons bien vite disparaître tout ce qui semble étrange; pourtant qui n'a jamais eu une idée ou un ressenti décalé, une envie un peu bizarre, un désir d'autre chose ? Ou bien le sentiment d'être seul, incompris, sans personne à qui parler ? Et qui a osé le dire autour de lui, à ses proches ou à son entourage ?

J'ai vécu tellement de choses étranges, de moments mystérieux, tour à tour merveilleux et angoissants, que je ne pourrais pas imaginer de tout raconter, même si j'y passais toute ma vie. Et même ceux qui sont autour de moi n'en savent rien. Et ceux qui sont plus distants ne soupçonnent même pas que je puisse vivre ce genre de choses.

Quelle en est la raison ? La folie dérange, elle angoisse, on ne veut pas la voir. On se dit que ça arrive à d'autres, loin d'ici, que ça ne nous concerne pas. On ne veut pas savoir. Pourtant il y en a tellement, qui vivent des choses étranges, que ça fait pas mal de monde à la sortie. Et personne, en fait, n'est parfaitement "normal", tout le monde a un léger grain dont il se dit que ce n'est pas grave, tant que personne ne s'en rend compte.

Et si la folie devient visible, alors elle rencontre la réprobation du public. Tout le monde vous dira "ce n'est pas raisonnable" ou bien "tu ne peux pas penser ça". On se sent dévisagé, jugé, comme un déviant, un ennemi dans le regard des autres. Ils ne veulent plus nous parler, ils veulent qu'on parte, parfois même ils deviennent agressifs. Ils refusent de comprendre.

J'ai passé ma jeunesse à me cacher, parce que j'avais peur des autres. J'avais peur d'eux parce qu'ils avaient peur de moi, j'étais trop décalé pour qu'ils puissent continuer à dormir tranquillement. Certains amis se sont accrochés, à venir me voir, à me soutenir, mais beaucoup ont laissé perdre le contact, beaucoup ont fui, parce que ça les faisait souffrir de me voir souffrir, parce que c'était embarassant, parce qu'ils avaient mieux à faire, ou finalement parce que ce n'était pas leur problème. La folie fait réfléchir et beaucoup n'en ont pas envie.

Il y a la folie aux infos, souvent la folie criminelle; et il y a la folie en vrai. La plupart d'entre nous n'ont pas envie de se faire remarquer, parce qu'ils ont déjà eu assez de soucis, et que les autres, quand ils s'en mêlent, ne font souvent qu'aggraver les choses, parce qu'ils ne peuvent pas les assumer. Si vous croisiez l'un d'entre nous dans la rue - et ça vous arrive, peut-être tous les jours - vous ne ressentiriez rien d'autre qu'une légère antipathie pour cette personne décalée que vous oublieriez aussitôt. La folie c'est l'anonymat, le plus souvent.

Et on passe sa vie dans des lieux de soins, avec des psychiatres, des infirmiers, des psychologues, des neuropsychologues, etc... qui s'intéressent à votre histoire; mais on sait très bien que ça n'ira pas plus loin. Ce ne sont pas des amis, pas des gens avec qui on peut construire. Ils sont juste là pour résoudre un problème qui embarasse tout le monde. Au nom de la confidentialité, ils ne peuvent rien dire sur leur patients, mais si au moins ils disaient, d'une manière très générale, que les fous sont des gens comme les autres... Personne n'aime les histoires de fous.

Et on passe sa vie loin du travail, loin des lieux collectifs, de la foule; loin de ce monde auquel nous n'appartenons plus, parce qu'il nous a rejetés. Quand on réalise à quel point chaque être humain est unique, les comportements collectifs font peur. Les normes sociales révèlent leur côté inhumain et semblent encore plus folles et malsaines que nous le sommes nous-mêmes. A quoi bon s'intégrer dans une société malade ? La folie est solitaire.

La folie, aux yeux d'une société bien-pensante, est invisible.

Pourtant souvent, quand j'ose sortir de chez moi, je croise par ci par là des gens qui comme moi semble égarés, qui semblent ailleurs, qui semblent effrayés par tout ce qui les entoure, par les autres surtout. J'ai appris à garder un oeil ouvert pour voir le côté obscur de cette réalité, pour voir ceux qui s'en sentent loin, ceux qu'on oublie. Et croyez-moi, il y en a un paquet !

Il serait temps que la folie se fasse remarquer, qu'elle se mette en avant, qu'elle ouvre sa gueule pour se faire entendre ! Beaucoup de gens attendent parce qu'ils n'ont pas envie de se mettre en première ligne. Mais qu'on soit fou ou non, il y a pas mal de gens qui voudraient avoir le droit d'être différents, qui sentent le poids de l'uniformité, qui aspirent à être ce qu'ils sont et pas ce qu'on leur dit d'être.

La folie doit sortir du silence et forcer le monde à voir...
shimmy
 
Posts: 32
Joined: Apr 08, 2015 6:51 pm

Re: Atelier d'écriture

Postby yellowrose » Apr 28, 2015 9:26 am

Salut Shimmy,

Je suis interesante, mais mon Francais cest plus mal. Lire Zola plus Verlaine maintenant a ameliorer mon langue. Je ecrie un 'zine' pour Le sujet 'Coree du Nord' mais Je ne achever pas.

:)
Taoist master in training ------ www.liamartist.blogspot.co.uk
yellowrose
 
Posts: 11405
Joined: Jan 30, 2011 9:08 pm

Re: Atelier d'écriture

Postby shimmy » Apr 28, 2015 7:52 pm

yellowrose wrote:Salut Shimmy,

Je suis interesante, mais mon Francais cest plus mal. Lire Zola plus Verlaine maintenant a ameliorer mon langue. Je ecrie un 'zine' pour Le sujet 'Coree du Nord' mais Je ne achever pas.

:)


Salut Yellowrose,

Pas facile de te publier en France si le français est difficile pour toi. Merci de t'intéresser au projet. Nous sommes ouverts à l'international, je pense que Icarus et ceux qui pensent comme ça ne se soucient pas des frontières, c'est un mouvement global. Donc si tu veux écrire des choses, tu es bienvenue et si c'est possible, nous essaierons de te publier en France.

Si tu es plus forte en Anglais, peut-être ce serait mieux d'essayer de ce côté là, peut-être ça sera plus facile de faire comprendre ce que tu vis. Je pense qu'il y a des projets en Anglais, plus qu'en Français. Je pense que tout le monde est intéressé par la vision des chose en Asie, parce que nous la connaissons peu, et l'ouverture nous fait du bien.

En tout cas participe au forum Français si tu veux, tu es la bienvenue. Ici il y a peu de monde et nous sommes heureux d'avoir des visiteurs. Je pense que tout le monde comprendra ce que tu dis et qu'il n'y aura pas de problème.

Bienvenue ici,
Amicalement,

Shimmy
shimmy
 
Posts: 32
Joined: Apr 08, 2015 6:51 pm

Re: Atelier d'écriture

Postby pticarus » Apr 29, 2015 8:03 am

Bah oui ! Moi ça m'interresse !
On commence ? On commence quand ?
Ici ?
Maintenant ?
C'est free style ou on se donne des thèmes, des règles du jeu, tout ça... ?
http://icarus.poivron.org
User avatar
pticarus
 
Posts: 78
Joined: Feb 19, 2015 7:05 pm

Re: Atelier d'écriture

Postby shimmy » Apr 29, 2015 9:10 pm

pticarus wrote:C'est free style ou on se donne des thèmes, des règles du jeu, tout ça... ?


Aucune idée, pour l'instant il y a asperula, toi et moi, donc ça fait déjà un petit collectif d'écrivains mais peut-être un peu réduit pour publier.

On peut commencer à collectionner des textes au moins, si tu (ou d'autres) en ont déjà écrit ça peut valoir le coup de voir ceux qui sont bien (selon l'auteur) et d'essayer de les intégrer. Si il y en a assez je peux prendre en charge l'édition, j'ai un pote qui fait ça habituellement (c'est un artiste, poète et dessinateur) et qui pourra m'aider pour tout ce qui est technique dans l'édition de fanzine.

Pour ce qui est des règles, pas plus que nécessaire c'est la base, mais il faut peut-être se mettre d'accord sur le format de fichiers qu'on souhaite. En ce qui me concerne les fichiers texte c'est très bien, vu que mes textes sont purement du texte, justement, mais d'autres pourraient avoir des exigences sur la mise en page. Je suggère dans ce cas de rester sur des formats libres (LibreOffice, LaTeX) puisqu'à mon avis ça va dans le sens de notre démarche. Sachant qu'au minimum on risque de devoir se mettre d'accord sur une police (n***e la police) de caractères, le rendu visuel sera globalement mieux. Mais on peut faire des exceptions si nécessaire.

Sinon je dis des textes, mais on peut aussi laisser la place pour d'autres choses, des dessins par exemple. Dans le milieu de la publication alternative ils font ça régulièrement, poésie/dessin par exemple. Donc à la base tout ce qui peut être représenté sur une page imprimée sera bien.

En attendant ce.lles.ux qui sont chaud.e.s peuvent publier sur le forum, ça ne pose pas de problème à mon avis.

D'autres intéressé.e.s ?

Shimmy
shimmy
 
Posts: 32
Joined: Apr 08, 2015 6:51 pm

Re: Atelier d'écriture

Postby shimmy » Apr 29, 2015 9:11 pm

Un autre texte que j'ai écrit aujourd'hui, cette fois ci plutôt une réflexion:

29/04/2015 - Le rat psychiatrisé

Hier je suis allé acheter un rat, pour m'en faire un animal de compagnie. Je suis en général assez respectueux de toutes les formes de vie, et je n'avais pas très envie d'aller dans une animalerie, il me semble qu'on ne devrait pas traiter des animaux de cette façon là. Mais bon, l'idée de sortir un animal de cet endroit me semblait plutôt bienveillante, je me suis décidé.

Les conditions des rats là-bas sont assez choquantes: ils vivent à dix ou douze dans un vivarium vitré, pour qu'on puisse les voir; c'est relativement grand mais en pratique ils vivent tous entassés les uns sur les autres dans une petite maison qui leur sert d'abri. Pour ce que j'ai pu voir, ils passent leur temps à dormir et ne sortent que rarement de leur abri. A priori j'aurais cru que les rats, qui sont des animaux assez intelligents, éprouveraient un peu plus l'envie de bouger. Mais non, ils restent là à dormir tous entassés les uns sur les autres.

Est-ce qu'ils sont déprimés par leur détention ? Est-ce qu'ils s'ennuient ? Est-ce que le va et vient incessant des clients devant leur vitre les angoisse et qu'ils combattent cette angoisse permanente en dormant ? Est-ce que leur impuissance sur leur destinée les prive de toute volonté ? Je me suis demandé un moment.

Et comment je réagirais, moi, si je devais vivre dans un appartement bondé de monde, sans pouvoir sortir, avec de la nourriture qui arrive régulièrement mais quasiment aucun contact avec le monde extérieur ? Je pense que les rats sont des animaux sociaux qui fonctionnent un peu comme nous. Moi, dans une situation pareille, je pense qu'assez rapidement j'éprouverais pas mal d'aggressivité pour mes semblables. Probablement notre milieu carcéral nous entraînerait à nous battre régulièrement, pour un oui ou pour un non. Ca serait le seul moyen d'exprimer notre énergie vitale.
La seule explication qui reste au comportement passif de ces rats est qu'on leur donne des sédatifs pour qu'ils se tiennent tranquilles. Pour les clients, voir les rats se chamailler perpetuellement n'est pas un argument de vente. Il vaut mieux montrer des rats somnolents que des rats aggressifs, c'est plus rassurant. Je pense qu'on les intoxique pour qu'ils restent calmes.

Comme quoi un comportement tout à fait normal pour ces animaux - l'envie d'aller de l'avant, de faire des expériences - devient un problème dans le contexte dans lequel ils vivent, qu'ils n'ont certainement pas choisi. Solution du problème: modifier leur comportement avec des psychotropes. L'individu normal devient malade dans ce contexte malsain, et il faut le psychiatriser. Vous voyez où je veux en venir ?

L'homme est un rat pour l'homme. Dans la société moderne nous ne sommes rien d'autre que les rats de laboratoire de ceux qui organisent le système contre notre gré. L'individu est sans valeur, il est tout à fait remplaçable si il ne parvient pas à s'adapter. Si quelqu'un réagit mal, il est plus facile de transormer artificiellement son comportement que de trouver une solution adaptée. On nous endort pour mieux nous contrôler, et si quelqu'un s'agite un peu trop, on peut toujours le psychiatriser pour le calmer...
shimmy
 
Posts: 32
Joined: Apr 08, 2015 6:51 pm

Re: Atelier d'écriture

Postby pticarus » May 11, 2015 1:36 am

Pour pouvoir plus facilement rassembler les contributions, écrire des textes à plusieurs, les illustrer, les mettre en page, les publier et les diffuser..
Nous (quelques hurluberlu.es du groupe icarus-fr) proposons de se retrouver ici:

https://we.riseup.net/icarus-fr+ecriture
(le contenu n'apparaît qu'après connexion)

C'est évidemment toujours possible de contribuer en postant dans ce fil de discussion.
Mais pour élaborer collectivement des fanzines, brochures, affiches, tracts, articles, manifestes, revues, essais, romans... etc on sera plus à l'aise dans ce nouvel atelier , plus spacieux et plus confortable ;)

Idealement
Pticarus
http://icarus.poivron.org
User avatar
pticarus
 
Posts: 78
Joined: Feb 19, 2015 7:05 pm

Re: Atelier d'écriture

Postby glitrrr » Aug 12, 2015 6:31 am

Hey! Woaw! je me disais justement que j'aimerais bien faire un zine collectif autour de la santé mentale, j'avais commencé à réfléchir à des thèmatiques, tout ça...et en tombant ici, je me demandais si des genTEs étaient toujours motivéEs ?
glitrrr
 
Posts: 26
Joined: Jul 03, 2015 4:42 am

Re: Atelier d'écriture

Postby Princesse Sarah » Dec 24, 2015 6:50 am

Bonjour ,

Moi ça m' intéresse , cet atelier d' écriture . Et de faire un fanzine avec vous aussi .

J ' écris depuis quelques années déjà , et j' ai écrit un texte sur la psychiatrie , " la fabrique de malades " il y a longtemps déja que vous pourrez lire là :

http://collection-d-outre-tombe.over-blog.com/2015/12/la-fabrique-de-malades.html

Alors quand est ce qu' on s' y met ?
Princesse Sarah
 
Posts: 2
Joined: Dec 24, 2015 6:35 am

Re: Atelier d'écriture

Postby glitrrr » Dec 27, 2015 7:17 pm

Chouette!
Je me suis remisE plus activement à l'écriture dernièrement, je viendrais partager des morceaux de tout ça ici quand j'aurais transféré le brouillon de mes cahiers en version high tech plus proprette...
J'ai commencé à lire certains de tes textes Princesse Sarah, et je les trouve chouette! Je vais continuer mes lectures :)
glitrrr
 
Posts: 26
Joined: Jul 03, 2015 4:42 am

Re: Atelier d'écriture

Postby Sigrid » Jun 26, 2016 8:37 pm

l'informatique et moi ça fait deux, internet c'est du chinois, je m'y prends comme un pied :-( j'aimerais participer à l'atelier écriture, vous lire et écrire, j'ai cliqué sur le lien indiqué plus haut, me suis inscrite hier, connexion impossible aujourd'hui, identifiant et mots de passe (enregistrés sur mon ordi non reconnus), j'ai recrée un compte, là, sous le pseudo de zao (zao=sigrid), j'espère que cette fois-ci cela marchera.

suis nouvelle sur ce forum, bonjour ou plutôt bonne nuit à toutes et à tous
Sigrid
 
Posts: 5
Joined: Jun 25, 2016 9:05 pm

Re: Atelier d'écriture

Postby aillée » Jul 01, 2016 12:33 pm

coucou !
ça m'intéresse fort ! quand j'ai vu ce post la première fois j'ai courut écrire un texte (un de plus) et sachant que j'était en colère le texte s'en ressent ... mais c'est pas plus mal. je vous le laisse ici y'a surement plein de fautes d'orthographes ...
j'ai pas trop compris comment fonctionnait l'espace que ptitcarus à ouvert... bref voila mon texte , les critiques sont les bienvenues =)

Tu passes ta vie dans une prison mentale que la société t'as violemment obligée à construire, pour tenter d'en échapper tu prends de la drogue, trop de drogues, les traumas s'additionnent, ça va mal , tu t'interresses aux sciences occultes et les émotions enfouient refont surface, violemment aussi violemment que la façon dont tu les as étouffées consciencieusement tout au long de ta vie…
Et ça commence par des visions de moins en moins gérables puis t'entends des voix, tu cherches un sens à tout ça, tu sais qu'il y en a un, tu veux pas aller à l'hp car tu n'es pas folle mais on finit à force de trop insister par te faire monter dans le camion des urgences psy.
T'arrives à l'HP on t'avais dit que tu serais pas obligée de prendre de médocs mais à peine t'es arrivée que t'es devant un bureau avec des gens en blouse qui ne te parlent que de leur médocs. Tu lutte mais tu finis par accepter de boire ce que tu apelles encore venin.
Le lendemain tu te réveille encore plus déboussolée que la veille ,t'as voulu mourir alors ils t'ont pris le peu d'effets personels que tu avait avec toi : ton collier par ce t'aurais pu t'étrangler avec, et tes fringues, tes fringues juste par ce que. C'est officiel t'es catalogué comme pauvre folle par les gens qui ont le pouvoir sur toi et personne ne se soucis de l'effet que ça te fais. Selon eux ta vie au sens large est finie, tu commence à douter : « suis-je vraiment finie, destinée à croupir dans une folie sans sens, dans un HP miteux entourée de gens que tu ne comprends pas ou qui te font peur ?
T'essayes de résister, mais t'es pleine de failles, t'es en crise mais les choses que tu perçois ont un sens, tu lui cours après sans savoir qu'en fait il faudrais que tu t'arrêtes. Et il te file entre les doights tu paniques, et l'avis de ceux qui ont le pouvoir gagne du terrain… Même les voix sont d'accord avec, et elles te disent d'un ton sadique : « t'es folle »* ou « les infirmiers sont tes amis »* Eux qui étaient alors tes ennnemis crachés car tu savais que l'HP c'était une prison, tu continues à douter de toi même, et la psychiatrie et son systeme de pensée de merde gagne du terrain en toi, alors t'acceptes de te dire que t'es à moitiée folle et tu tente de t'apaiser mais en vrai ça te fais peur et en plus tu te reconnais plus à cause des médocs.
Alors tu erres sans autre but que tenter de comprendre ce qui se passe dans ton cerveau "dénué de logique", des fois tu fais abstraction de l'avis des psychiatres, mais tu veux sortir alors il faut rester calme avoir l'air la plus « normale » possible et tu te construis une nouvelle prison : celle de la pensée psychiatrique ou la moindre de chose venant de toi que tu ne comprends pas d'emblée est signe que tu es une pauvre folle pour qui on ne peut rien faire de plus que de te bourrer de médocs , que de te faire tes tâches ménagères ( en somme te priver du peu d'autonomie qu'il te reste) et penser à ta place, ne te laisser aucune chance d'influer sur ton environnement ( qui est censé être la pour t'aider mais dont tu n'as aucun avis à emmettre sur comment tu t'y sens). Par ce qu'ils savent mieux que toi ce qui est bon pour toi.
Et quand t'as trouvé la force de revenir sur ce dernier trauma qui as fait exploser le dernier cable qui te reliait à la réalité commune ,et que tu en parle au psychiatre dans l'espoir d'avoir ce qui serait un véritable soin, il te regarde de travers. Alors puisque c'est lui le médecin tu crois son regard dédaigneux sur ton histoire et tu te comprends de moins en moins mais tu veux faire preuve de bonne fois ,alors la fois d'après tu te met à lui dire qu'il avait raison et que t'avais dit des conneries. Puis il te répond d'un ton supérieur qu'il avait bien compris...
Alors toi tu te sens de plus en plus dégradée aussi car quand y'a plus d'eau chaude à la douche et que tu refuse de la prendre ce jour la à cause de ça, par ce que t'as appris à être bien obéissante, toi qui faisait gaffe à prendre un miminum de douches pour faire gaffe à la planète. Et que le lendemain une infirmière viens vérifier alors que t'es à poils sous la douche, si tu la prends bien sans se soucier le moin du monde de ta possible pudeur , déjà violée trop de fois.
Bah oui tu te sens dégradée et c'est la routine, quand tu vois comment sont traitéEs celle/ceux qui s'énervent ça te fais te dire que ce n'est même pas la peine d'y penser, de toute façon avec les médocs, t'as limite plus la force.
Alors t'as pigé tu joues la normale alors que dans ta tête et ton corps, c'est l'enfer et tu pèse tes mots quand tu utilise ce terme. Et tu dis au psychiatre ce qu'il veut entendre : « oui oui , j'entends plus de voix , je veux reprendre mes études... » alors ils te laissent sortir, tu te retrouves dans ton appart, tu tentes de reprendre ta vie, mais impossible… Tu t'isoles dans ta chambre, tu bouffe plus, tu dors plus,tu prends pas les drogues qu'ils t'ont prescrit. Les voix reprennent de plus belle alors tu continus à sérieusement douter de toi : Les médos agissent bel et bien sur tes perceptions, c'est que t'es comme tous les fous : folle point barre. Alors une voix te dis d'appeler ton père et de lui dire que t'as besoin de retourner à l'hp, de toute façon tes voix c'est tout ce que tu as, t'obéis.
Une fois la bas on te demande si les voix te demandent de piquer du nez, toi qui leur à préciser que t'avais pas dormis depuis trois jours, ça t'énerve mais de toute façon t'es crevée et si tu veux pas te retrouver en isolement faut rester calme et attendre encore un peu alors que t'as déjà attendue au moins une heure le psychiatre, pour aller dormir.
A ton réveil t'es de nouveau en pyjama, coupée de ce qui te laisse transparaitre par l'apparence qui tu es. Ce pyjama bleu immonde qui te rapproche encore un peu plus du monde des fous.
Mais tu commence à mesurer l'ampleur de ton problème et les voix deviennent plus douces et tu commence tout juste a appprendre à vivre avec, tu continu à dire au psychiatre que t'entends plus de voix par ce que t'as peur de jamais sortir, mais tu vois bien que tu tournes pas rond et t'as bien appris au cours des derniers mois que ça doit faire peur. Alors tu te dis que tu veux rester un peu plus, et puis un jour les psychiatres te disent qu'ils voient que tu vas bien et qu'ils veulent plus de toi, toi maintenant t'es flippée de toi même, alors tu leur dit « j'entends encore un peu des voix » .
Peu importe , eux ils s'en foutent de ta peur et de tes voix, ce qui compte, c'est ce qu'ils « percoivent » alors tu sors de l'enfer en en ramenant des barreaux fait de peur de toi même. Et tu prends conciensieusement tes médocs en tentant de mettre tout ça aux oubliettes. Pendant un an ça « fonctionne » , entre guillemets par ce que entérrer des choses ça veut dire continuer à se détruire. Et si ça « fonctionne »c'est par ce que l'hp t'as bien insuffler la peur de tes voix , de tes perceptions en outre de tes émotions, bien gardées par les antipsychotiques et la crainte que tu as maintenant de tes pensées et de tes émotions et de leur possible débordement.


L'histoire continue… Au bout d'un an de tentative d'enterrement de cet évenement qui à boulversé ma vie, j'ai réentendu des voix(en étant toujours sous médos) . Je me suis dit que cette fois il fallait que j'y fasse face dans la limite de mes possibilités. J'ai appris à cohabiter avec de manière assez brouillon mais invisible, puis au fur a mesure cet aspect brouillon s'est ordonné et puis récemment j'ai découvert le réseau d'entendeurs de voix , le projet icarus avec les deux groupes d'entraide dont je fais partie et je vois enfin la possibilité de retrouver une attitude positive par rapport à moi même et à mes perceptions, même si c'est pas facile tout les jours, au moins j'ai de la lumière au bout du tunnel ….


** Aujourd'hui je crois avoir compris que mes voix me disaient ça pour m'aider à adopter une tactique pour sortir de l'HP.

voila ...
aillée
 
Posts: 8
Joined: May 29, 2016 12:49 pm

Re: Atelier d'écriture

Postby Catry » Oct 27, 2016 12:46 am

https://we.riseup.net/icarus-fr+ecriture


Hello à tous

j'ai mis le chap 1 de mon récit sur le lien ci dessus

j'attends avec impatience vos remarques, c'est vivant?
ça donne envie de connaitre la suite? ça se lit bien?
ou bien c'est clauque, pas intéressant. trop de détail
pas assez de style...
Catry
 
Posts: 16
Joined: Sep 28, 2015 3:57 am

Re: Atelier d'écriture

Postby glitrrr » Nov 06, 2016 7:43 am

Merci à celleux qui ont partagé des textes ici, c'est inspirant et précieux.
@Catry :
Merci d'avoir partagé ça !
ça me dit bien de lire la suite si tu as envie de la partager ici :)
glitrrr
 
Posts: 26
Joined: Jul 03, 2015 4:42 am

Re: Atelier d'écriture

Postby Catry » Nov 08, 2016 7:11 am

J’ai demandé à la lune, elle m’a proposée une aventure
La croyance libérée
Schizophrénie, l’aventure intérieure
L’épreuve psychotique
Le livre de Job
Le fils prodigue
Si tu chasses tes démons tu chasses aussi tes anges
La ou le péché a abondé, la grâce à surabondé Rm 5,20

Chapitre 1
Un acte fou


- « Allo ? Bonjour Mme x?
- Oui c’est moi-même.
- C’est la Gendarmerie de Rosendael au téléphone, les pompiers ont récupéré votre fils qui a fait une nouvelle tentative de suicide.
- Ah encore c’est pas vrai!.. Où est il ?... Comment va-t-il ?
- Cette fois c’est vraiment grave il a provoqué un crash en voiture sur la place d’Hondschoote. On dirait qu’il a voulu foncer sur l’église. Ensuite il a pris la fuite comme un dératé, il a pris la direction du cimetière et un témoin a raconté qu’il a grimpé dans un arbre pour se jeter sur une pierre tombale.
….Un blanc….. silence……. ma mère ne dit rien….
- Votre fils est maintenant pris en charge au centre hospitalier, il est blessé à la jambe, à l’épaule et à la tête. Il est tombé inconscient durant le transport.
…..Silence…. ma mère ne dit toujours mot ….
Il n’y a pas eu de victime collatérale, le mieux est que vous vous rendiez au CHU aux urgences pour voir les médecins. »



Je ne vois plus d’issue, plus de bonheur possible. Le ciel m’a joué un tour, il m’a fait espérer puis m’a tout repris, je suis isolé. Personne ne comprend ce que je vis, c’est ça le plus terrible, on me dit que je suis fou ! Mais ce qui me rend réellement fou c’est d’être seul et incompris de tous. De vivre des choses folles, c’est ça le plus terrible, le plus fou, être isolé de tous et incompris.
Ma folie était donc une réaction normale qui répondait à une situation « anormale ».

Aussi il faut que j’en finisse que je mette fin à tout ça, à toute cette mascarade. Je choisis d’en finir et avec les grands moyens cette fois. Cette fois là, ce 17 octobre, je prémédite mon coup, j’attends patiemment que mon père s’en aille travailler vers 7H15 au matin. Je descends les escaliers en silence pour ne pas me faire repérer par ma mère, je sors et je prends possession des commandes de la Volvo 750 TDI, un puissant et moderne break pour l’époque. Il faut me dépêcher, mon but est de me scratcher sur l’église d’Honschoote qui se trouve en bout de ligne droite. Le hic c’est qu’il y a un léger virage en bout de course et il s’agit de me mettre en l’air mais pas de tuer quelqu’un !! Or plus l’heure tourne plus il risque d’y avoir des piétons sur cette place.

Pourquoi foncer sur une église me direz vous ? Eh bien parce qu’ il faut prouver au monde avant de partir que oui je vis quelque chose d’insensé, des phénomènes particuliers incroyables, oui tout cela c’est fou et il me faut répondre alors par un acte aussi fou et insensé. Ça c’est logique, non ?

Il est environ 7H30 je déboule donc au volant de la Volvo sur la place d’Honschoote à peine la petite courbe dépassée je constate qu’atteindre l’église serait impossible une rangée de voiture me barrait l’obstacle. Aux alentours des 90 km/h je continue à enfoncer l’accélérateur jusqu’au choc et je lâche le volant afin de ne pas pouvoir me retenir.

Ce qui se passe bien évidemment est que l’air bag se gonfle et que je suis bien déçu de me voir tout à fait indemne. Dans ma tête les choses vont ensuite très vite, je me revois à nouveau enfermé en hôpital psychiatrique, il y a au dehors des témoins. Les gendarmes, les pompiers vont arriver, je vais à nouveau me faire embarquer. Je décide donc de me sauver de fuir n’importe où et aussi je ne renonce pas à ma mise à mort. Je cours, je traverse la place, je tourne à gauche au hasard et je me retrouve proche du cimetière. J’y rentre, je rage, je suis furieux, j’ai encore raté, ils vont encore m’emmener . Ce qui me sauve , ce qui m’aide dans mon entreprise si je puis dire c’est la présence d’un témoin qui depuis la place m’a suivi et essaye de me raisonner.
Tandis qu’il me parle je profite du seul promontoire c'est-à-dire un arbre pour prendre de la hauteur. Cet inconnu me met alors au défi en quelque sorte ;
- « Allez descends , tu ne vas pas sauter tout de même !
Je crois que cette petite phrase m’aide car même si je souhaite fortement mourir. Je reste viscéralement attaché à la vie. Au final je prouve à cet homme qu’il a tort de sous-estimer ma folie et je saute avec en prime un magnifique salto avant pour mieux retomber sur la dos de la tête en criant ;
- A la grâce de Dieu !! »

C’est mon ordalie, le jugement de Dieu, vais-je mourir ?
Vais-je être blessé, paralysé ou indemne ?
Catry
 
Posts: 16
Joined: Sep 28, 2015 3:57 am


Return to Icarus Project en Français

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest